le feu du ciel Forum Index le feu du ciel
forum du jeu le feu du ciel
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Ce qui s'est passé

 
Post new topic   Reply to topic    le feu du ciel Forum Index -> le feu du ciel -> Informations générales
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 08:43 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

Dans ce sujet, vous trouverez les évènements qui ont conduit à l'histoire que vous avez vécue au cours du gn, l'explication de certaines intrigues et le dénouement du jeu.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Publicité






PostPosted: Fri 15 Oct - 08:43 (2010)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 08:44 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

I. LES ÉVÈNEMENTS ANTÉRIEURS A L'INTRIGUE

1.) Il y a 3.000 ans : la chute d'Achéron

• Un peu d'histoire
A l'époque de Conan (et donc du GN), Achéron est un royaume depuis longtemps disparu. Il recouvrait à l'origine un territoire correspondant à l'Aquilonie, la Némédie et l'Argos, avant de s'étendre sur des provinces appartenant à l'Ancienne Stygie, correspondant à la Corinthie, l'Ophir et le Koth. C'était une théocratie dominée par les sorciers, riche, baignant dans les facettes sombres de la magie. Ce royaume était le rival de l'Ancienne Stygie ; Python en était la capitale. Achéron finit par disparaître, 3.000 ans avant l'époque de Conan, sous la pression des invasions des barbares hyboriens du nord. Lorsque Python fut sur le point de tomber, les réfugiés achéroniens fuirent et fondèrent une autre cité appelée Nouvelle Python. Tous les artefacts, reliques, trésors et objets magiques de la vieille Python y furent amenés.

• A la racine de l'intrigue du jeu
Au cours de la chute d'Achéron, un prince de Python du nom de Dhûnzakhar décida de s'approprier quelques-uns des trésors devant être transférés à la Nouvelle Python. Avec l'appui de partisans et de complices, un peu de corruption et des serviteurs en quantité, il détourna du trésor royal un large butin (or, pierreries, objets précieux…), profitant de la vaste opération de transport de celui-ci en lieu sûr, et pris la tête d'une caravane transportant toutes ces richesses.

Victime d'attaques de barbares, la caravane perdit une part de sa marchandise, et dût se dérouter à plusieurs reprises pour échapper tant bien que mal aux assauts de ses poursuivants et aux pillages. Dhunzakhâr décida de déposer la majeure partie de son trésor dans une cachette sûre et reprendre la route, avant de revenir dans une période plus calme pour le récupérer. Il repéra un site chargé de puissance, qu'il pourrait ainsi retrouver, et y enterra son trésor puis fit exécuter les serviteurs superflus afin qu'il ne soit pas trahi, et repris la route, plus léger et donc plus mobile et plus rapide. Ce qui n'empêcha pas la caravane ainsi réduite d'être massacrée par une troupe barbare en maraude.

Le détournement fut découvert par les autorités d'Achéron ; la disparition de certaines pièces du trésor royal furent constatées, des complices du prince furent arrêtés et interrogés. Bien que la justice de la Nouvelle Python diligenta des recherches, le trésor ne fut jamais retrouvé. Des chroniques achéroniennes qui ont survécu aux ravages du temps, relatent ce vol.

Il s'avère que parmi les trésors détournés par le prince se trouve un artefact puissant appelé le Cœur de Belshazu. Gemme imposante d'une grande pureté, elle fut emmenée pour sa beauté et sa valeur commerciale, sans qu'aucun des voleurs n'ait conscience de ses pouvoirs. Cette gemme agit comme un relais, un catalyseur de puissance : elle soutient et amplifie le pouvoir des utilisateurs de magie (en terme de jeu, elle permet à un prêtre de remplacer une prière manquante pour un miracle, à un sorcier de remplacer un ingrédient pour un pacte et permet à un shaman de tirer une rune supplémentaire et de choisir ses runes). L'artefact est presque inerte ; toutefois, son pouvoir s'échappe et se manifeste, en de très rares occasions.

Quant au site où le trésor et la gemme ont été enterrés, il était dédié à Jebbal Sagh, le Seigneur des Bêtes. Des tribus pictes y ont menés des rites en son nom. Avec le temps, et sous l'influence du Cœur, le site s'est lentement renforcé.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Last edited by Syhlas on Fri 15 Oct - 09:09 (2010); edited 1 time in total
Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 08:45 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

2.) Il y a quatre cents ans : l'histoire de Tugdûal
Selon le récit historique, Tugdûal était un capitaine némédien, vivant il y à près de quatre siècles. Au cours d'une campagne militaire, il débusqua et fit mettre à mort un sorcier. Celui-ci lui jeta un maléfice avant d'être exécuté. Quelques temps après, le capitaine némédien fut séparé de ses hommes lors d'une embuscade menée par les troupes ennemies. Seul, perdu, errant dans une zone montagneuse inconnue, Tugdûal fut alors attaqué par un démon ailé au corps de singe, instrument de la malédiction du sorcier. Tugdûal affronta le démon, mais ce dernier était plus fort que lui. Alors que son ennemi prenait l'avantage et s'apprêtait à l'achever, le némédien en appela à la protection de Mitra. Et le dieu répondit. Le démon fut réduit en cendres dans un grand halo de lumière, dévoré par une vague de feu. Tugdûal remercia le dieu de l'avoir entendu et protégé. Quelques jours après, il rejoignait des hommes et retournait en Némédie.

Bien évidemment, Tugdûal a été attaqué à l'endroit où se trouvent les caches achéroniennes remplies des trésors volés à Python. L'intervention divine est le résultat de la manifestation du pouvoir du Cœur de Belshazu. La gemme n'a pas détruit elle-même le démon : elle a "entendu" la prière désespérée du némédien, l'a alimentée et portée vers Mitra, et le pouvoir du dieu invoqué par Tugdûal s'est manifesté (comme si le némédien était un très puissant prêtre de Mitra en appelant à son dieu au cours d'une cérémonie rituelle).

Tugdûal retourna sur le site où Mitra lui était venu en aide et y érigea un petit sanctuaire. Au cours des années, il y fit plusieurs pèlerinages. Les récits sur Tugdûal mentionnent qu'il connût à cette époque une certaine richesse. On se souvient aussi qu'il portait une épée de facture étrange, que certains disaient achéronienne. En fait, en bâtissant le sanctuaire, Tugdûal a mis au jour une cache du trésor de Python, qu'il a utilisé à son profit.

Si l'existence de ce sanctuaire était connue de ses contemporains, le capitaine en gardait secret l'emplacement. Tugdûal connût une longue vie et une destinée faste et glorieuse, devenant général puis sénateur, notable riche et politicien sage et avisé. A sa mort, il ne laissa aucune indication sur l'emplacement du site, que l'on crût perdu. Au fil des générations, on donna son nom au sanctuaire, entré dans la légende.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 08:45 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

3.) Au cours des trois siècles suivants : les successeurs de Tugdûal
Le Sanctuaire de Tugdûal n'a jamais été ni perdu ni oublié. Le némédien avait partagé son secret avec de très rares amis, des personnes de confiance, qui sont venus eux aussi sur le site pour y vénérer Mitra et entretenir le site. D'ailleurs, ces fidèles ont déposé la dépouille du némédien (ainsi que son épée) dans l'autel qui trônait sur le sanctuaire. Le secret n'a jamais été dévoilé, et les dépositaires l'ont transmis avec précaution.

Au fil des générations, les dépositaires se firent moins nombreux, la connaissance du site et son usage constituant peu à peu le ciment d'un groupe resserré de notables, fonctionnant plus ou moins comme une société secrète. Avec les aléas de la fortune, les guerres, les mariages et alliances, les intrigues…, les dépositaires se sont réunis en une seule grande famille qui s'est installée en Aquilonie (dans le même pays que le sanctuaire ; cela allège considérablement les problèmes de passage de la frontière). Finalement, le secret du sanctuaire ne fut plus détenu que par la famille Caedros, un clan réunissant les descendants des dépositaires originels.

Cette famille de petite noblesse, détentrice d'un fief, était installée dans un village du nom de Loromir. Elle fut de tout temps bien considérée, composée d'hommes fervents et honorables. Dans l'ombre, elle perpétuait les anciens rituels dédiés à Mitra, s'érigeant en gardien du site, attirant à lui diverses bénédictions lui assurant richesse et protection. Seuls les membres de la famille avaient connaissance du Sanctuaire ; les villageois ignoraient tout.

Pendant toute cette longue période, le Cœur de Belshazu a alimenté le site et les rites qui y furent pratiqués. Sous l'effet de ce renfort, le Sanctuaire a amplifié son nœud de puissance magique. Jebbal Sagh, bien que toujours lié à ces lieux, est devenu moins présent ; au fil des décennies, les rituels exécutés sur le Sanctuaire ont petit à petit dédié le site à Mitra. Mais ce ne fut que temporaire, car les officiants qui se sont succédés ont modifié et altéré les rituels. La vénération de Mitra a dérivé vers l'idolâtrie, et le nom de Mitra fut invoqué avec celui d'autres dieux, comme Ishtar ou Erlik ; d'autres noms furent ensuite prononcés, beaucoup plus inquiétants. Peu à peu, les pratiques exercées au Sanctuaire ont été dédiés à des puissances sombres et maléfiques, en accord avec les désirs égoïstes et la soif de pouvoir des chefs de la famille Caedros. Mitra, comme Jabbal Sagh en son temps, délaissa le site.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 08:46 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

4.) Il y a environ 70 ans : la déchéance du site et le massacre de la famille Caedros
La famille Caedros s'était finalement tournée vers l'adoration d'un dieu tutélaire, un Grand Ancien nommé Na'arlognesh. En échange du culte rendu, avec ses sacrifices et ses rites impies, la famille Caedros se garantissait fortune, prospérité, victoire au combat, déchéance de ses rivaux ; ses seigneurs se montraient orgueilleux, vindicatifs, sournois… Tout cela lui attira l'hostilité d'autres nobles et d'autres clans. Le plus ardent de ces détracteurs était alors Galbert seigneur du clan Malog. Il nourrissait une rancune farouche à l'encontre de Lothar, chef de la famille Caedros, ce dernier avait répudié la nièce de Galbert après avoir abusé d'elle ; de honte, la jeune fille se donna la mort. Il avait fallu l'intervention des seigneurs de la province, interdisant toute guerre, pour que les deux familles n'en viennent pas aux armes. Le clan Malog jura vengeance.

Décidé à porter atteinte à son ennemi, Galbert envoya des espions, organisa recherches, enquêtes et surveillances. Sa patience finit par payer, et les agissements cultuels étranges de la famille Caedros furent découverts : idolâtrie, pratiques dévoyées, sacrifices humains. Galbert de Malog détenait le prétexte, l'arme pour abattre son ennemi. Mais avant de révéler au grand jour la corruption des Caedros, il souhaitait s'offrir la revanche à laquelle il aspirait.

Informé grâce à ses espions de la prochaine tenue d'une cérémonie, Galbert réunit quelques hommes de confiance du clan. Profitant de l'absence de la plupart des membres de la famille Caedros (partis pour le Sanctuaire), grimés en brigands de grand chemin, ils lancèrent une attaque sur le village de Loromir au cours de la nuit. Les membres de la famille Caedros présents au village furent passés par l'épée, les maisons furent incendiées et le feu se propagea. La troupe du clan Malog se rendit au Sanctuaire pour achever sa sanglante mission, en se faisant conduire par des prisonniers Caedros.

Les hommes de Malog arrivèrent tard dans la nuit au Sanctuaire. Ce qu'ils y découvrirent les horrifia : Lothar, maître officiant du clan, menait une cérémonie diabolique, trois jeunes filles du village avaient été décapitées en sacrifice et leurs corps brûlés. Autour des têtes disposées sur un autel, les membres de la famille Caedros étaient tous drogués et en transe.

Soudainement pris d'une rage vengeresse, les hommes de Malog déferlèrent sur les fidèles incapables de se défendre et les massacrèrent. Galbert tua Lothar de ses propres mains et ce dernier maudit ses agresseurs. Avant que l'aube ne pointe, les corps des Caedros se consumaient dans le grand brasier. Les hommes de Malog n'avaient subi aucune perte et savouraient leur victoire avec une joie sauvage.

C'est alors que la montagne se mit à trembler. Les stèles et l'autel du Sanctuaire se corrodèrent et s'effritèrent, comme soumis en un instant aux ravages des siècles, une fumée noire obscurcit le ciel et les arbres et les plantes dépérirent autour de l'autel. La terre s'ouvrit sous le bûcher et engloutît les corps. Effrayés, les membres de Malog s'enfuirent, se regroupèrent plus bas dans la vallée et s'en retournèrent à leur village. Derrière eux, les sentiers se couvraient de ronces et les éboulements provoqués par le séisme condamnaient le chemin vers le Sanctuaire.

Les évènements survenus au Sanctuaire sont le résultat des pouvoirs combinés du Cœur de Belshazu et du nœud de puissance du Sanctuaire. Lothar et ses fidèles perpétraient un rituel long et complexe, visant à sanctifier trois artefacts au nom de Na'arlognesh. Lorsque les Malog sont arrivés au Sanctuaire et ont lancé leur attaque, le rituel a été interrompu. Chronologiquement, les évènements se sont déroulés comme suit :

1.) Dans un premier temps, le Cœur de Belshazu a réagi à la terreur des trois victimes sacrifiées qui appelaient à l'aide. Le rituel sanglant et la ferveur des fidèles de la famille Caedros a mis le pouvoir du Sanctuaire en "ébullition" ; le Cœur a ressenti et décuplé cette ferveur, tout en gardant en "mémoire" la terreur des sacrifiées.

2.) L'horreur et la soif de vengeance des Malog découvrant la scène se sont "synchronisées" avec les supplications et la terreur des trois jeunes femmes sacrifiées, via le Cœur ; renforcée par ces sentiments violents, et sous l'influence du fort pouvoir ambiant du Sanctuaire, la détermination des Malog s'est muée en rage furieuse (expliquant leur folie guerrière).

3.) Le massacre des fidèles Caedros, avec son lot de morts et de sang, a alimenté encore le rituel en force (lequel était alors encore inachevé et donc encore "ouvert et réceptif"). Mais sans officiant pour guider les opérations, ce renfort a "surchargé" le site en énergie de façon anarchique. La malédiction de Lothar a été le point culminant de cette "surcharge".

4.) La puissance magique, qui s'était développée tout au long des évènements et était restée inutilisée, ne pouvait rester inerte. Le Cœur de Belshazu avait conservé la trace de toutes les émotions récentes (violence, haine, fureur, terreur…), les appels de vengeance, les victimes… De façon imagée, le Sanctuaire était une poudrière, l'énergie magique la poudre, et le Cœur a apporté l'étincelle. Le Sanctuaire a "explosé" magiquement.

Le nœud de puissance du Sanctuaire en a été souillé (bien abimé qu'il était déjà par des décennies de pratiques impies) et cette souillure s'est répandue. Le rituel a en partie abouti : le maître officiant a purifié les objets cultuels, mais n'a pas eu le temps de les sanctifier totalement pour les dédier à Na'arlognesh. La sanctification de ces reliques peut être complétée par un rituel.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 09:01 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

5.) Depuis 70 ans et jusqu'au aujourd'hui
Avec la fin des rituels impies, le site s'est délié de Na'arlognesh. Jebbal Sagh a repris la main sur le Sanctuaire. Mais ce dernier est resté marqué par la violence et la colère et cela influence le Seigneur des Fauves qui désormais exige que l'endroit ne soit plus souillé.

Les hommes du clan Caedros se sont relevés, ni morts ni vivants. Survivant au passage du temps, ils sont peu à peu devenus des êtres morts-vivants, des goules. Le sanctuaire est devenu leur refuge dont ils ne s'éloignent jamais et vivent de rapines, de braconnage et de pillages sur des voyageurs égarés. Ils ont pris conscience de la colère de Jebbal Sagh ; si celui-ci venait à être dérangé, il s'éveillerait et s'incarnerait pour chasser ou exterminer les intrus ; les Caedros ont donc pris grand soin de ne pas laisser des gens s'approcher pour éviter de troubler l'isolement et la tranquillité du sanctuaire, ce qui signerait leur asservissement par le Seigneur des Bêtes et sans doute leur destruction.

Réalisant la monstruosité de leurs actes, marqués par la honte, la culpabilité et l'incompréhension, Galbert et les et les patriarches du clan Malog ont décidés que cette funeste histoire devait être oubliée. Le lieu du massacre étant manifestement maudit, mieux valait ne plus jamais s'y rendre. Le souvenir de l'expédition fut enfouie dans les mémoires et tous les membres du clan se turent. La relique Caedros fut entreposée et nul ne s'aventura à la toucher. Avec les années, ne restait plus qu'un lourd secret que seuls les chefs Malog et les patriarches connaissaient, guettant avec anxiété le moindre signe d'activité étrange dans la région, craignant que quelque chose n'ait survécu...

Tous les membres de la famille Caedros avaient été tués. Les rumeurs attribuèrent la destruction de Loromir à une troupe de brigands et le village fut abandonné.

Le Sanctuaire s'est apaisé après quelques années ; la souillure s'est dissipée, la végétation s'est régénérée. Mais il reste des traces de sorcellerie et de puissance maléfique.

Les reliques de la famille Caedros ne sont pas toutes perdues. La première était en possession de Lothar ; Galbert l'a récupéré sur son cadavre et le Clan Malog la détient toujours. La deuxième a été perdue au milieu du combat. Elle se trouve toujours au Sanctuaire, enterrée.

La troisième relique a été emmenée par l'unique survivant du massacre, Llodyan, le fils cadet de Lothar et aussi son apprenti, alors à peine âgé de 10 ans. Blessé, les Malog le crurent mort et jetèrent son corps dans un charnier, inconscient mais encore vivant, en attendant d'être brûlé. Le séisme lui offrit une diversion et dans la débandade générale, personne ne remarqua sa fuite. Après deux jours d'errance et de frayeur, tant bien que mal, il put rejoindre Loromir. Pour découvrir que le village avait été détruit ; ses ruines fumaient encore. Il fuît la région. Des marchands itinérants le découvrirent inconscient, des jours après, au bord d'une route, et l'emportèrent. Il fut soigné, et les marchands l'élevèrent comme l'un d'eux. De ses blessures, soignées tardivement, il est toutefois resté estropié.

Les années qui suivirent, Llodyan s'habitua à cette nouvelle vie, et sa famille d'accueil s'installa finalement en Ophir. Si les marchands déduisirent qu'il avait peut-être un lien avec le clan Caedros décimé (la nouvelle avait fini par se répandre et on attribua le massacre à des pillards en maraude), il ne révéla jamais le secret du clan. Au fil du temps, il devint un marchand avisé, fut heureux en affaires, trouva une épouse et fonda une famille. Mais il n'a cessé de s'interroger et a fait des recherches. Sa soif de vengeance ne s'est jamais totalement tarie et il a cherché à parfaire son savoir sur les arts sombres. Il n'est jamais retourné au site sacré, ne pouvant se souvenir clairement du chemin et en trop mauvaise condition physique pour entreprendre un tel voyage. Aujourd'hui c'est un homme d'environ 80 ans, grabataire, mais à l'esprit vif et matois. Sa connaissance de la sorcellerie n'est pas très approfondie mais réelle. Sa famille exerce toujours des activités marchandes, jouit d'une confortable situation sociale et d'une bonne réputation ; Llodyan a parfois eu recours à ses "petits talents" pour en assurer la prospérité, ainsi qu'à quelques menus trafics ou – un usage très répandu s'il en est – la corruption.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 09:03 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

6.) De nos jours, peu avant le début du jeu
Une prêtresse de Mitra, du nom de Médéa, fait un rêve prophétique, inspiré par le Dieu : elle voit des pierres tomber du ciel dans une pluie de feu ; elle sait que les pierres sont importantes et que le lieu où elles s'écrasent l'est encore plus. Elle révèle sa vision à d'autres prêtres, la rumeur commence à courir. Lorsque quelques jours plus tard, les érudits et astronomes observent la chute des météorites dans le ciel d'Aquilonie, la rumeur enfle ; débutent alors les interventions des érudits, des diplomates et des sages, qui en quête de fortune, de connaissances ou de révélation mystiques. On parle de fer céleste, convoité par les maîtres forgerons comme par les prêtres shémites. Le Temple de Mitra s'intéresse au "lieu sacré" du rêve prémonitoire. L'expédition, décidée par Conan, se met en place.

Suite à la chute des météorites, les reliques se sont mises à frémir et à tiédir. Llodyan y a lu le signe selon lequel le Sanctuaire devait s'être réveillé. Entendant l'annonce officielle de l'expédition, il a compris que le Sanctuaire avait été retrouvé et que le temps de l'action était venu.

Effectivement, la chute des météorites a fait réagir le nœud de puissance du Sanctuaire, en sommeil depuis sa corruption et son déchaînement anarchique il y a des années. La puissance magique s'est répercutée dans les reliques (qui y sont liées aussi longtemps que leur consécration n'a pas été achevée). Pour avoir conservé et étudié sa relique des années durant, Llodyan pense que réunir les trois est nécessaire pour les activer au cours d'un rituel et il a longtemps désespéré de ne pouvoir trouver les deux autres afin de s'approprier leurs pouvoirs, qu'il convoite, terminer le travail de son père et se venger de la vie qu'on lui a volée. Aujourdh'ui il jubile à l'idée des possibilités qu'il détient : la consécration pourrait être achevée et faire de lui un puissant sorcier. Toutefois, Llodyan est bien trop âgé et affaibli pour intervenir en personne. C'est sa petite fille, à qui il a enseigné la sorcellerie, qui ira.

Le clan Malog a lui aussi décidé de participer, la relique en sa possession ayant elle aussi réagi. Les patriarches ont convoqué deux neveux du chef du clan et leur ont révélé le sombre secret. Leur mission est de s'assurer que cette histoire est terminée, que ces évènements appartiennent au passé, que rien n'a survécu ; et sinon y apporter un point final, en détruisant les preuves, détournant les soupçons… Les deux neveux se virent confier le seul vestige du méfait, une des reliques que les Caedros utilisaient ce jour maudit, et intégrèrent l'expédition.

Quelques jours avant l'arrivée de l'expédition, un érudit, lui aussi en quête des météorites, arriva sur le site avec des apprentis et des hommes. Les goules les massacrèrent tous après avoir essayé en vain de les faire partir. Il ne reste de leur passage que leur campement et le maigre butin de leurs courtes recherches.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Syhlas
Orga

Offline

Joined: 24 Mar 2010
Posts: 43
Localisation: Parmi les orgas

PostPosted: Fri 15 Oct - 09:06 (2010)    Post subject: Ce qui s'est passé Reply with quote

II. LES EVENEMENTS DU GN

Dès son arrivée, la caravane de l'expédition a été attaquée par les goules, qui cherchaient à faire partir les intrus en volant les vivres, pillant l'hôpital, proférant des menaces et des mises en garde. Sans succès, hélas.

Les étrangers ont découvert l'autel érigé par Tugdual qui fut ouvert (en premier par les Ophiriens qui comptaient parmi eux la petite fille de Llodyan, puis par la délégation aquilo-corinthienne) : il s'agissait de la tombe de Tugdual lui-même, inhumé là par ses compagnons. Son épée achéronienne ainsi qu'un puissant rituel d'accession à la divinité, qui reposaient avec lui, furent dérobés.

Les crânes des trois femmes sacrifiées furent retrouvés, et les membres de l'expédition célébrèrent une cérémonie pour leur offrir des funérailles décentes et leur garantir le repos éternel. En remerciement, les spectres offrirent la troisième relique (restée sur le site du sanctuaire lors du massacre) à leurs libérateurs : un chaudron pouvant enchanter des potions pour les rendre plus efficaces.

Parmi les météorites se trouvait un œuf, contenant un rejeton de Seth. Il fut rapidement trouvé par des cimmériens parmi d'autres météores. Un sorcier shémite du nom de Zaadoom qui était à sa recherche, réussit à s'en emparer et à le faire éclore. En remerciement, Seth fit du sorcier le protecteur du rejeton et lui offrit de nouveaux pouvoirs.

Les sorciers Wolivar et Sévarius firent alliance et combinèrent leurs efforts. Ensemble, ils réalisèrent le rituel de la sombre éternité, en sacrifiant des esclaves et en se donnant la mort. Ils s'éveillèrent liches.

Werwolf, le meneur du clan picte Ratamahatta, réussit à convaincre ses hommes de renier leur esprit totem et de suivre son esprit, la Hyène. Toutefois, la nouvelle meute perdit ses pouvoirs et son lien avec son nouveau totem quand les shamans du clan de la tarentule, du clan du corbeau et du clan du loup exécutèrent à la faveur de la nuit étoilée le puissant rituel de la Grande Danse Fantôme. Hyène fut chassée par les autres esprits et Tarentule, agressée et affaiblie par Hyène, put se libérer. Par cette coopération, le clan du Corbeau initiait son grand projet d'unir les clans pictes.

Toutefois, ce qui devait arriver arriva : la présence des intrus éveilla Jebbal Sagh. Le Dieu Sauvage proposa un nouveau totem au clan Ratamahatta en échange de leur allégeance, ce que le clan accepta, et débarqua au campement avec les goules, des pictes qui le vénéraient, le clan Ratamahatta qui le servait désormais. Ordonnant à la caravane de partir, mais n'obtenant que des pourparlers ou des refus, il lança ses séides sur les intrus qui furent pour la plupart massacrés.

Certains étaient déjà partis :
- Zaadoom, ayant accompli sa mission pour Seth, était parti bien avant tout cela, emmenant le rejeton ;
- la famille Chochonnes leva le camp dès le matin du second jour et fila, pillant au passage d'autres délégations, emportant l'alchimiste et ses potions, le chaudron et la tente de l'auberge (…) ;
- la délégation shémite, en fait la secte des Poignards Sanglants, un groupe de tueurs et de zélotes zamorriens, quitta le campement dès l'arrivée de Jebbal Sagh avec des richesses à même de renflouer ses caisses malmenées par son chef, et surtout avec le Cœur de Belshazu ;
- Boris le vieux guerrier et son suivant Sancho Pansarius décidèrent eux aussi de partir, voir si la bière était meilleure dans des régions plus accueillantes.

Après le combat, certains membres de l'expédition blessés ou vaincus furent exfiltrés et soignés par d'autres ayant pris la fuite, comme Médéa, la Prêtresse de Mitra qui avait eu les visions des météorites.

Jebbal Sagh acceptant la présence de ceux qui respectent la Nature, Le Clan du Corbeau ainsi que le Clan Ratamahatta furent invités par le Dieu Sauvage à rester s'ils le désiraient. Le site devrait connaître un regain d'activité picte dans les années à venir et être de nouveau dédié totalement au Seigneur des Fauves.
_________________
On utilise les mêmes feuilles de thé pour préparer trois services : le premier est amer comme la vie, le deuxième fort comme l'amour et le dernier doux comme la mort...


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    le feu du ciel Forum Index -> le feu du ciel -> Informations générales All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
BlackAndWhite style created by feather inju